Comment utiliser un mâlâ en méditation ?

Pratique mentale inséparable de la religion ou philosophie de vie bouddhiste, la méditation est un acte personnel de réflexion spirituelle bourré de bienfaits

Le principe de base est de focaliser son attention sur un point spécifique, une pensée ou un objet tout en faisant le vide autour de soi. Le but étant de se retrouver face à soi-même pour trouver la phase universelle appelée « l’éveil ».

Mais que serait la méditation sans les célèbres bracelets Mâlâ bouddhistes ? Ces petits accessoires de méditation sont plus qu’utiles à tout méditant, débutant comme affirmé. Mais lorsque l’on débute, on se demande souvent comment les utiliser.

Alors, sur cette page, nous vous expliquons comment faire, après un rappel sur les bracelets bouddhistes.

Qu’est-ce qu’un collier Mâlâ ?

Même s’il est aujourd’hui très tendance de porter autour de son poignet un chapelet bouddhiste (Mâlâ), beaucoup de personnes n’en connaissent pas l’origine et encore moins l'utilité principale.

Car au-delà de sa beauté, cet accessoire a des symboliques et fonctions spirituels très particuliers.

Tout d’abord, il faut savoir que c’est un bracelet d’origine bouddhiste, et que l’appellation Mâlâ veut dire « guirlande méditative » en ancien sanskrit indien. Le bracelet Mâlâ est un bijou ancestral venu d’Inde il y a plus de trois millénaires.

Tel un chapelet, il est l’accessoire qui représente les pratiques religieuses et spirituelles du Bouddhisme et de l’Hindouisme. C’est ainsi que depuis tout ce temps, il est l’accessoire sacré des prières méditatives.

Constituée de 108 pierres, sa conception repose sur diverses croyances des plus sacrées.

Le bracelet de méditation Mâlâ peut être de différentes tailles, mais il est toujours composé de perles en bois de santal ou, plus généralement, de pierres semi-précieuses qui ont la particularité de posséder en elles des énergies dont le flux viendra alimenter nos Chakras internes.

Comment utiliser un mâlâ pour méditer ?

La méditation n'est pas toujours chose aisée, surtout lorsque l'on débute, l'esprit peut rapidement se mettre à divaguer.

Les perles du mâlâ sont là pour focaliser l'attention et permettre de mieux se concentrer et ce de deux manières : 

  • grâce aux mouvements des doigts sur les perles
  • en touchant et en récitant un mantra à chaque perle

Le contrôle de la respiration (le simple fait de prêter attention à sa respiration est en soi une forme de méditation) et la répétition du mantra* retenu sont un excellent point de départ.

Il faut bien évidemment se choisir un mantra à réciter avant de démarrer la séance.

* Un mantra est une phrase, un mot ou un son que vous pouvez utiliser pour vous aider à concentrer votre conscience pendant la méditation. "Om" est un mot courant, mais il en existe d'innombrables autres. Vous pouvez tout à fait créer votre propre mantra qui se veut rassurant pour vous.

Une fois chose faite, et après avoir fait le vide autour de soi, il faut se trouver une position des plus confortables. Il est vrai que celle de l’assise en tailleur, dite position du lotus, est l’une des meilleures, surtout pour garder une bonne posture avec le dos bien droit.

Les yeux fermés, il faut maintenant se vider l’esprit et ne se concentrer que sur la récitation du mantra. Chacun aura sa préférence entre une récitation à voix haute ou basse, car il n’y a pas de véritables règles en la matière.

Tout en se concentrant au maximum, il faut veiller à surtout bien respirer lentement et profondément.

  • Tenez votre mala d'une main.
  • Laissez-le glisser sur vos doigts pour pouvoir le déplacer facilement. Placez deux doigts autour de l'une des perles à côté de la perle du gourou (pompon central). De nombreuses personnes utilisent leur pouce et leur majeur, car certaines traditions religieuses évitent d'utiliser l'index (l'index est associé à l'ego et l'ego doit être laissé en dehors de la méditation. Ainsi, l'index pointe à l'opposé de la main et on essaie de le tenir à l'écart)
  • Effectuez une respiration complète (inspirez et expirez) le temps de la récitation du mantra (vous pouvez également faire tourner la perle sur elle-même durant ce laps)
  • Déplacez vos doigts vers la perle suivante, en inspirant et en expirant une fois par perle.
  • Terminez au niveau de la perle du gourou pour compléter 108 respirations.
  • Si vous voulez faire un autre tour, déplacez simplement vos doigts dans la direction opposée jusqu'à ce que vous atteigniez à nouveau la perle gourou.

Au fil des jours et des séances, votre collier mâlâ va se charger en énergie grâce aux mantras récités et à la pratique que vous aurez assurée avec succès.

C’est à ce moment qu’il devient important de porter votre collier mâlâ autour de votre cou, car il va diffuser l’énergie contenue dans les perles et pierres jusqu’à vos chakras et ainsi vous faire bénéficier des vertus bienfaitrices pour votre mental et esprit.

Voir tous nos mâlas de méditation

Signification du mâlâ et du nombre 108.

Au-delà de son esthétique et de la beauté des pierres ou perles qui le composent, le collier de méditation dit mâlâ est un bienfait pour nos esprits et un outil capital pour aider à canaliser l’émotionnel et le spirituel de chacun, s’il est utilisé à bon escient. Il faut avant tout savoir qu’en Bouddhisme, le chiffre 108 est sacré.

Il représente à lui seul bon nombre de situations liées à Bouddha l’Illuminé. Par exemple, les 108 noms qu’on lui attribue, les 108 positions contenues dans la salutation au soleil ou encore les 108 divinités importantes de l’Hindouisme.

Le chiffre 1 est censé représenter le tout, le O représente le vide et le 8 incarne l’infini.

Voilà les raisons pour laquelle le collier de méditation mâlâ est quasiment toujours composé de 108 perles ou pierres. Il est en étroite corrélation avec Bouddha et est donc l’accessoire essentiel de toute méditation pratiquée avec succès.

Le collier de méditation dit mâlâ, au-delà de ses 108 perles ou pierres, est généralement finalisé avec un gland à son embout.

Dans des cas plus rares, on peut trouver une perle plus grosse que les autres pour faire office de fin du collier. C’est aussi grâce à ce gland ou cette plus grosse perle que l’on sait qu’on vient de faire le tour des 108 perles, comme on va le voir plus bas.

On peut aussi parfois trouver un petit cône à côté de ce gland, c’est lui qui représente la vacuité et donc tout ce qui est vide et essentiel, ce qui reste une idéologie très ancrée dans la religion du Bouddhisme. Le nombre de fils supportant les perles ou pierres aura tout autant d’importance dans la conception d’un collier mâlâ.

En effet, selon les modèles, ils sont faits avec 3, 6, ou 9 fils. En fait, plus il y a de fils, plus l’accession de Bouddha vers l’Illumination est évoquée au sein du mâlâ.