🎄 Promo Noël : -15% avec NOEL15 (+ Livraison Gratuite) Jusqu'au 31/12/19 inclus

Le visage caché de la Rose du Nord

Les capitales sont connues pour être les villes les plus polluées.

En France, les Parisiens subissent les effets néfastes de la pollution fréquemment, si bien qu'il est parfois plus sain de rester chez soi que de sortir faire du sport !

En Thaïlande, Bangkok demeure en haut du classement AQI. Cependant, la deuxième ville du royaume, Chiang Mai (celle d'où nous vous écrivons), lui emprunte régulièrement le trône de Janvier à Avril.

L’année dernière, Chiang Mai, que l'on surnomme ici "La Rose du Nord", a montré un indice de qualité de l’air de 364, un triste record qui lui a plusieurs semaines durant conféré le titre de “ville la plus polluée au monde” !

Ce n'est pas un titre qui s'acquiert à la légère, il faut pour s'en emparer devancer des mastodontes comme Kathmandu (Nepal), Dhaka (Bangladesh), New Dehli (Inde), Dakar (Sénégal) ou encore Pékin (Chine)….

Mais alors comment en arrive t-on régulièrement là ?

Quand fane la Rose du Nord pendant la Burning Season

"La Rose du Nord" est appréciable pour ses paysages magnifiques, sa verdure et ses beaux sommets.

Toutefois, durant la “Burning Season”, la ville se transforme du tout au tout et de gros nuages épais et gris ternissent le beau ciel bleu.

Etant entourée de massifs montagneux (Doi Suthep, Doi Daket, Doi Inthanon et Doi Khun Tan), la ville devient dès lors une cuvette piégée dans un nuage de pollution.

Si vous avez décidé de venir passer des vacances dans le nord de la Thaïlande à ce moment là, pas de chance !

Il vous sera bien difficile de ramener de belles photos-Souvenirs : tous les paysages risquant d'être ensevelis sous ce grand nuage gris.

Une rapide balade dans la ville permet de vite se rendre compte que l’atmosphère a changé...

Durant cette période, le pays du sourire n’est plus heureux mais inquiet. 

Taxis, vendeurs de rue et autres moines sont les seules personnes suffisamment courageuses pour rester dehors, masque anti-pollution oblige.

Mais que se passe t-il donc à Chiang Mai de janvier à avril ?

Il faut d'abord savoir que c'est une période très sèche avec des températures élevées et très peu de pluie.

Les agriculteurs déclenchent alors sciemment de nombreux feux de forêt malgré les interdictions.

Dans quel but ? Fertiliser leurs terres très arides et difficiles à cultiver.

L'agriculture sur brûlis est une pratique qui existe depuis des siècles et qui permet de défricher les champs par le feu afin que les cendres deviennent de l’engrais.

Le très prisé "caviar des forêts" fait flamber les tarifs

La deuxième raison qui cause ces importants feux de forêts est un champignon : l'Hed Thob, très prisé par les Thaïlandais à l'instar de nos truffes.

Il est surnommé “le caviar de la forêt” et son prix se situe entre 300 et 600 baths le kilogramme (entre 9 et 18€ environ) et les enchères peuvent très vite monter suivant la saison.

En un mois, un agriculteur local peut doubler son salaire annuel grâce à la vente de ces champignons.

Ceux-ci poussent rapidement (2 à 4 semaines) mais seulement durant cette période de l’année.

Les brûlis permettent donc de les cultiver un maximum et de les trouver plus facilement dans la forêt. !

"La Nature est une bibliothèque, lisons là au lieu de la brûler"

Quand certains font le choix de brûler la Nature à Chiang Mai, d'autres se tournent vers des activités différentes de la culture en cette période compliquée.

C'est le cas de la tribu Lisu au nord de Chiang mai avec qui nous collaborons pour tisser nos bracelets.

Arrêtons ce fléau !

Fort heureusement de nombreuses structures se battent chaque jour pour stopper ce fléau.

Le gouvernement a décidé de punir sévèrement les personnes qui déclenchent les feux de forêt.

Dans le centre-ville, des chercheurs de l’université de Chiang Mai ont même installé des purificateurs d’air géants afin d’absorber les particules fines.

Enfin, de nombreuses associations replantent des arbres et sensibilisent les agriculteurs sur de nouveaux types de cultures.

Notre engagement avec Volunteers Without Borders

Chez DailyLama, nous avons décidé de travailler avec la fondation Volunteers Without Borders et de reverser chaque mois 1€ pour chaque bracelet vendu.

Grâce à vous, nous pouvons apporter notre soutien à VWB dans la bataille à la repopulation des forêts du nord de la Thaïlande.

Grâce à vous, nous pouvons continuer de sensibiliser les cultivateurs aux enjeux désastreux des brûlis.

VWB travaille chaque jour à la mise en place d'un système de culture pour le champignon Hed Thob.

Les agriculteurs reçoivent un matériel de culture adéquat (appelé Mushroom House, Vermiculture ou encore Green House) ainsi qu’une sensibilisation et une formation.

Cette association soutient par ailleurs le droit à l’instruction et finance de nombreux projets scolaires.

Outre les infrastructures, des volontaires sont aussi présents dans l’école afin de donner des cours d’anglais aux élèves.

Enfin, cette association vient en aide aux tribus des montagnes du nord de la Thaïlande (comme les Lisus avec qui nous travaillons) en les aidant à développer d’autres sources de revenus en proposant notamment un tourisme écoresponsable.

La fondation amène son aide pour mener à bien tous ces projets et rendre ces tribus autonomes et heureuses !

D'avance, merci pour votre soutien dans ces projets qui nous tiennent à cœur.