Les origines du Sarouel, le pantalon du voyageur...

On observe depuis quelques années déjà, une nouvelle tendance chez les personnes qui prennent le temps de voyager régulièrement : celle de partir léger, avec le moins de bagages possible.

Il est en effet bien loin le temps où l’on embarquait à bord d’un avion entouré d’une armée de valises.

Aujourd’hui, un simple sac rempli du strict minimum nécessaire fait bien l’affaire, et cela grâce à quelques vêtements ou accessoires qui ont révolutionné notre façon de nous comporter à l’étranger.

Ainsi, outre la serviette de bains compacte et légère, c’est le pantalon Sarouel qui a bouleversé nos habitudes.

Qu’est-ce qu'un Sarouel ?

Le sarouel est devenu au fil des ans, un véritable objet culte lié à toute une génération.

Bien plus qu’un effet de mode, il fait aujourd’hui parti intégral de notre culture d’européens voyageurs, bien qu’il soit originaire des contrées de la Perse antique, il y a plusieurs siècles déjà.

Mais quel est cet accessoire dont raffolent de nos jours les petits comme les personnes les plus âgées ?

C’est un pantalon, de forme assez iconoclaste, qui sied aussi bien aux hommes qu’aux femmes, et qui se porte autant lors de balades en randonnée au sein d’une forêt vierge, que lors d’une soirée quelque peu habillée au milieu d’une foule de convives.

S’il existe donc depuis la nuit des temps en terres musulmanes et asiatiques, ce n’est que depuis une trentaine d’années, qu’il a petit à petit conquis le cœur des occidentaux nommés « travellers ».

Bien plus qu’une mode, un objet de contre-culture

Si ce pantalon a tapé dans l’œil des "teuffeurs" et voyageurs des années 90, c’est parce qu’il offrait l’avantage du confort d’un vulgaire jogging, en mêlant le design un brin psychédélique jusqu’ici réservé aux hippies.

Mais l’époque change vite, et à l’aube des années 2000, où le pantalon treillis de l’armée fait des émules, le Sarouel va prendre une place importante dans les bagages de la nouvelle jeunesse en manque de sensations fortes.

Bien qu’imprimé de nombreux motifs ou tout simplement bariolé, le sarouel est fait d’un tissu très léger qui, même s’il couvre entièrement les jambes, les laisse véritablement respirer.

Il est de format très ample au niveau des cuisses, et bien plus serré en arrivant à la hauteur des chevilles. Il est donc d’un confort inégalable, ne pèse pas lourd et n’est pas uniquement réservé aux activités du jour.

C’est pourquoi, après les couples de la dernière fin de siècle, ce sont leurs enfants et maintenant leurs parents, qui portent à leur tour ce pantalon incontournable nommé Sarouel.

Les origines du Sarouel

origines du sarouel

Mais pour en arriver là, il aura fallu presque 2000 ans. Il faut en effet remonter loin dans le temps, et passer de l’autre côté du globe pour revenir aux origines de ce pantalon devenu aujourd’hui culte à travers le monde.

C’est au 3ème siècle après J.C. que nous retrouvons les premières traces de pantalons ressemblant aux sarouels en terre asiatique, et plus précisément chez les Chinois de la tribu des Hans.

Ce sont des représentations picturales de l’époque qui nous montrent des hommes à longues moustaches porter un pantalon ample, mais attaché sur les chevilles par une petite ficelle.

Cela leur permettant de mieux pouvoir chevaucher, sans s’emmêler les pieds, et tout en laissant respirer la région des cuisses qui restait collée à la selle.

Ce confort inestimable au niveau de l’entre-jambe, associé à l’assurance de ne plus s’accrocher les pieds dans tout ce que l’on pouvait croiser fut adopté, et des couturières de l’époque créèrent les premiers ancêtres du Sarouel tel qu’on le connait aujourd’hui.

Par la suite, la route de la soie fut ouverte pour permettre aux marchands nomades d’exporter divers produits comme des tissus, vêtements, aliments, et autres animaux.

Cette longue route qui traversait tout l’Asie du Sud-Est, menait jusqu’aux contrées jusqu’alors inexplorées de la Perse antique, qui est plus connu de nos jours sous les bannières du Pakistan, de l’Afghanistan et de l’Iran, pour se finir aux portes des péninsules arabiques.

C’est dans cette région du Moyen-Orient, que le Sarouel allait véritablement naître, sous influence asiatique.

Le format du pantalon fut tellement apprécié des peuples du désert, qu’ils entreprirent très vite, grâce au travail des femmes, la conception de ce que l’on nomme aujourd’hui Sarouel.

Et le succès fut aussitôt au rendez-vous, à tel point que plus aucun homme de confession musulmane ne sortait sans son Sarouel.

Et cela pendant des siècles, puisqu’encore de nos jours, tous les hommes de ces régions arabiques portent encore le désormais célèbre pantalon.

Comme dit plus tôt, il faudra attendre la fin du 20ème siècle, et la démocratisation des voyages en terres arabiques et asiatiques, pour voir des occidentaux porter à leur tour le fameux Sarouel.

A qui s’adresse le Sarouel ?

Aujourd’hui, le Sarouel s’adresse à toutes les générations, et s’il reste un accessoire emblématique des régions du Moyen-Orient, il est porté dans tous les pays du monde entier, et particulièrement là où il fait le plus chaud.

De nos jours, même des sportifs de haut niveau, et des adeptes d’activités spirituelles comme la méditation ou le Yoga, ou plus aventureuses telle que le Trecking, l’ont adopté à la place de leur traditionnel legging.

D’autant que l’on peut le marier très facilement avec n’importe quel haut, que l’on soit chemise ou plutôt tee-shirt, et qu’il s’accorde avec tous les genres de souliers, de la chaussure de marche à l’escarpin pour soirée mondaine.

> Lire notre guide pour bien porter le sarouel.

Il n’est donc pas rare de croiser de temps à autres des familles entières revêtues de Sarouels. Des grands-parents aux petits enfants, en passant par papa et maman.